idioma francésenglish languageespañol

Jazz

Jazzticots

jazzticots51.jpg

Les Jazzticots! avec ce patronyme tout est dit ou presque!
Orchestre que l'on pourrait qualifier de familial par les liens qui existent entre ses membres et qui n'est pas sans rappeler la formation américaine "Kitty, Daisy & Lewis", très originale et qui est aussi une affaire de famille.

Le père est au sousaphone, ses deux ravissantes jeunes filles à la clarinette et à la batterie ou au washboard, le gendre au banjo, guitare, piano et chant, un ami de la famille vient compléter le quintet ainsi formé et... ça déménage!
Mais ça n'est pas que ça!
Quand on évoque LE père on parle bien sûr de Jean-Marcel Tropez, maître du trombone et sousaphone et qui plus est, arrangeur. Il a eu le privilège d'accompagner des musiciens réputés tels que Joe Muranyi, Chris Barber, Maxim Saury, Marc Laferriere, Irakli, Daniel Huck...

Il a entraîné avec lui ses deux filles : Aurélie et Déborah
Aurélie fut premier prix conservatoire de Nice, édition 2000, en classe de saxophone alto et soprano classique et contemporain, elle excelle également à la clarinette par une technique sans faille et un sens inné de l'improvision.
Quant à Déborah, à la batterie et au washboard, sa jeunesse et son énergie débordante propulsent tout l'orchestre dans des rythmes endiablés.
On peut dire, et c'est facile, que par son tempérament fougueux elle mène tout l'orchestre à la "baguette".
Elle joue également dans d'autres formations dont le célèbre quintet de Marc Laferrière. Il faut dire que le gendre, époux de Déborah, n'est autre que Stan Laferrière, fils de Marc!
Il excelle au banjo et à la guitare.
Sa carte de visite est impressionnante : il a joué, enregistré et écrit des orchestrations pour des musiciens tels que : Benny Carter, René Urtreger, Guy Lafitte, Claude Bolling, Johnny Griffin, Michel Legrand, Babik Reinhardt...
Il dirige depuis octobre 2005 le grand orchestre de jazz de l'armée de l'air à Paris. Il a participé à plus de 100 disques, et a été récompensé à 7 reprises par l'Académie du Jazz et une fois par les Djangos d'Or.

Enfin, l'ami de la famille, autre banjoïste, Romain Couprie, fils de musicien, suit tout naturellement les traces de son père, banjo des Haricots Rouges à leurs débuts.

Voilà donc un orchestre de Jazz New Orléans plein de vitalité et très expérimenté, interprétant les morceaux d'anthologie dans un cocktail fusionnant le lyrisme de Sydney Bechet, la rythmique de Django Reinhardt, la profondeur blues de Louis Armstrong, la modernité du jeu de Coltrane le tout jaillissant avec l'énergie de Jabbo Smith.