French languageenglish languageSpanish

Philippe Bilger

Juge d’instruction à Lille en 1972, substitut à Bobigny en 1976 puis à Paris en 1982, il y poursuit sa carrière, à partir de 1999, comme avocat général hors hiérarchie.
Il représente l'accusation notamment aux procès de Christian Didier, François Besse, Bob Denard et Emile Louis.

En 2004, il est avocat général au procès de Maxime Brunerie qui a essayé de tuer Jacques Chirac. Dans son réquisitoire il décrit alors, en ce qui concernerait l'accusé, un « désir de lustre étincelant effaçant une vie de grisaille » ; le verdict dépasse ses réquisitions. Maxime Brunerie, à sa sortie de prison, lui propose de préfacer son livre ; Philippe Bilger refuse.

En 2009, Philippe Bilger représente le ministère public au procès relatif à l’affaire du “gang des barbares”. Ses réquisitions sont dans l'ensemble suivies par la cour, notamment en condamnant le principal accusé à la peine maximale, et il déclare que « les débats et l’arrêt rendu ont été exemplaires ».

Le 3 octobre 2011, il quitte la magistrature et rejoint le Cabinet D'Alverny Demont et Associés en qualité de conseiller spécial jusqu'en décembre 2012. Il préside depuis l'Institut de la Parole qui dispense des formations pour l’amélioration de la communication orale.

Il intervient régulièrement sur des sujets politiques ou de justice, dans les médias ou dans son blog.
Sa défense de la liberté d’expression l'a notamment conduit à s'opposer à la loi Gayssot et à soutenir Eric Zemmour avant son procès pour diffamation raciale et appels à la discrimination et à la haine raciale.
Domaines d’intervention : justice, société, politique, médias ou autres choisis en concertation avec l’organisme invitant. “Ce qui m'intéresse, c'est non seulement d'offrir un propos liminaire que je ne veux jamais trop long mais surtout de permettre aux assistants de poser de nombreuses questions, même désagréables! “.